Philapaname | photographe et bon vivant

Catacombes de Paris

En faisant un rapide tour sur mon Instagram, vous comprendrez que j’appartiens au monde des « rooftopers » parisiens qui aiment le plaisir aérien (et aéré) 10m au-dessus de la foule. Mais depuis longtemps, je nourrissais le désir très secret d’être « initié » et découvrir les catacombes de Paris en tant que cataphil_a_paname. (Prochain vœu : entrer au Berghain de Berlin sans me faire refouler ?)

Welcome dans les catacombes
Welcome dans les catacombes

Bienvenue dans la micro société des cataphiles. Il y a tant d’histoires là-dessous que je ne voulais pas y aller n’importe comment et avec n’importe qui. On n’a qu’une vie. Et les chances de perdre la tienne existent : chute dans un puit affleurant le sol, galeries inondées, effondrements, leptospirose (pipi de rats) dans les flaques… Et tu peux même te paumer comme Philibert Asper, connu pour être décédé dans les carrières souterraines le 3 novembre 1793 (certainement bien bourré puisqu’il passait par la pour aller piquer la chartreuse des moines) et dont la stèle est un lieu de pèlerinage cataphile. Plus récemment, des ados paumés retrouvés en hypothermie. En plus des dangers, Eric te cherche (équipe recherche interventions carrières) alias les cataflics qui jouent au chat et à la souris au rat pour pouvoir te verbaliser (depuis 1955, il est interdit de se trouver dans les carrières). La balade peut concrètement te coûter cher ou chair… (Pas Cher qui chante Believe)

Un peu d’histoire – Quand la capitale s’appelait Lutèce, les Parisiens exploitaient la pierre de leur sous-sol pour bâtir leurs maisons (mais aussi les superstructures type Notre Dame de Paris). Aujourd’hui Paris est comparable à un gruyère avec ses 350 kilomètres de galeries souterraines et de carrières.

paris carrières 1896
Paris plus troué qu’un gruyère (1896)

Le 17 décembre 1774, une fouille de carrière provoque l’effondrement de la rue d’Enfer (aujourd’hui avenue Denfert-Rochereau). Près de 300m de route disparaissent dans une excavation. Entre 1774 et 1776, une série d’anciennes exploitations s’effondrent et provoquent un vent de panique parmi la population. Pour tenter de maîtriser cette catastrophe, Louis XVI crée en 1777 l’Inspection générale des carrières (IGC).
Charles-Axel Guillaumot, architecte reconnu du Roi devient alors le premier inspecteur des carrières de Paris. Il cartographie, répertorie les vides et fait consolider, sécurisant ainsi le réseau. « C’est connaître au plus la moitié de Paris, que de connaître le Paris du dessus sans celui du dessous ». Chaque consolidation est notée et on ajoute le nom des rues en surface. Il faudra 2 siècles et une vingtaine d’inspecteurs pour terminer ce travail titanesque.

consolidation Paris catacombs
Indique la 1ère consolidation de l’ouvrage réalisée sous l’inspectorat de Guillaumot (initiale G) en 1789

On parle depuis le début de réseau et de carrières, alors pourquoi catacombes ?
Les carrières restaient désespérément inexploitées jusqu’à ce qu’une utilité soit trouvée à une partie d’entre-elles à la fin du 18e siècle. En 1785, le cimetière des Innocents (actuelles Halles) débordant d’ossements humains, devient sujet aux infections. Sans parler des odeurs nauséabondes et la prostitution qui œuvre dans le cimetière. « Chaque église, chaque hôpital et chaque couvent possédait son cimetière. L’inhumation, à l’époque, se faisait dans des fosses communes, où 1.000 à 15.000 cadavres étaient entassés. Lorsqu’une rangée était terminée, on recouvrait cette dernière de 20cm de terre et puis on recommençait une nouvelle rangée. Nos ancêtres étaient enterrés de manière affreuse. » (Gilles Thomas) Le Conseil d’État ordonne l’évacuation complète du cimetière, et élargit sa décision aux principales nécropoles de la capitale en 1786. Les anciennes carrières sont alors choisies pour y entreposer les ossements. La première session de transferts des restes humains durera quinze mois. Tout est très ritualisé puisqu’à la nuit tombée, une procession de prêtres chante « l’office des morts le long du trajet emprunté par les tombereaux chargés d’ossements et recouverts d’un voile noir » acheminé depuis un puits servant à remonter la pierre du sous-sol. Fin 1860, les sourires figés pour l’éternité ont rejoint leur dernière demeure. Les restes de six millions de personnes dorment sous la ville, soit environ trois fois la population actuelle de Paris intra-muros.

Paris Catacombes
La même chose vous attend dans les catacombes officielles 1 av. du Colonel Henri Rol-Tanguy

Les accès aux carrières sont fermés depuis 1980 mais des centaines d’amateurs clandestins s’introduisent par de très discrètes et cachées chatières.
Comme dans chaque endroit non conventionnel, quelques codes sont en vigueur : identification cataphile (pseudo), tenue adéquate (celui qui a des cuissardes, un sac spéléo et une lampe de mineur fait tout de suite moins touriste que moi avec mes baskets trempées et ma frontale à 8 balles.)

Lampe Carbure
Lampes à carbure dites acétylène. La lumière, c’est un peu la vie.

Et comme dans chaque micro société, il n’y a pas que des gens responsables et amoureux des lieux. Tu vas trouver une quantité de poubelles abandonnées par des crétins (qui s’imaginent que la voirie va venir ramasser) et pas mal de dégradations. Forcément les « touristes » ne sont guère appréciés par les « puristes » qui œuvrent pour protéger le réseau (par exemple avec des actions cataclean). Phénomène similaire sur les toits, les spots une fois connus sont vandalisés, poubelles apéro non ramassées, voisins emmerdés, puis l’endroit finit par fermer. Heureusement certains créent, bâtissent et rénovent ; d’autres creusent pour contourner des obstacles (mur de pierre dressé par l’IGC, des injections de béton des constructions de nouveaux bâtiments – De l’âge de pierre à celui du béton.) « -Tu sais où est Riton ? – Il creuse une chatière au levant. Pour info, il y a du monde à Cochon. » Forcément, c’est un peu comme le louchébem, tu ne risques pas de comprendre la première fois. Larlépem-vous louchébem ? Le Château, la Plage, Salle Z, Bunker, autant de lieux, autant de secrets…

VELIB Paris catacombs
Les surprises sont nombreuses dans les catacombes… Et il roule très bien !

Certains organisent des fêtes, d’autres viennent se relaxer, d’autres y pratiquent leur art en s’isolant entre 10m et 30m sous la terre. Marie, elle, peint sur toiles les carrières « Descendre c’est laisser les problèmes à la surface. »Gaspard Duval, lui, photographie le réseau. Il a l’impression que sous terre, les relations sont plus simples. « Ici, pas d’apparences, de convenances, de clivages sociaux. Je vais dans les catacombes en semaine pour être seul, le week-end pour croiser du monde. » Ses descentes durent parfois trois jours. Il passe des nuits « régénératrices » dans son « coin dodo ». Autre personnage fameux, Alexandre Stolypine dit Psyckoze un « ancien » qui a laissé de nombreuses empreintes dans le réseau « J’ai commencé à sculpter en 1987: des visages surtout. Il y en a dans plusieurs endroits des catacombes. Avec la bombe, tu t’intoxiques vite, c’était reposant de travailler la pierre et de ne plus être dans l’éphémère. » Tu peux découvrir ces portraits dans l’excellent reportage Catacombes – Une société sous les pavés.

Psyckoze
Graff by Psyckoze dans les KTA

Vous l’aurez compris, rien à voir avec la communion avec les éléments météorologiques imposée sur les toits, les heures bleue et dorée, le vent qui vous fouettera le visage ou vous caressera l’échine. Il existe bel et bien un lieu hors du temps, juste sous l’asphalte. Perte totale de ce facteur. Il y fait toujours la même température d’été comme hiver (14°C). Un silence impressionnant et une bonne rasade d’humidité ambiante. Par ailleurs, vis à vis de mon cher guide, la politique des « singes de la sagesse » est de vigueur pour mon article. Vous ne saurez rien de notre balade sportive. Je vous laisse quand même un petit trailer.

On finit cette plongée dans les entrailles de la terre avec une interview de mon ami Fred habitué des lieux.

  • Tu descends depuis combien de temps dans les KTA ?

Je descends depuis 3 ans, pas forcément à un rythme effréné. Pour te donner une idée j’avais fait une cinquantaine de descentes sur 2016/2017, puis j’ai perdu le compte en 2018. Comme toi j’étais curieux de ce monde, quelques vidéos avaient piqué ma curiosité puis j’ai rencontré la bonne personne. On est descendu un soir, puis un autre, puis j’y suis allé avec un ami aussi inexpérimenté que moi, et enfin la 4ème fois, seul, le vrai baptême qui m’a fait aimer les KTA comme il se doit.

https://www.freedexplore.com © Tous droits réservés
https://www.freedexplore.com © Tous droits réservés
  • Quel intérêt as-tu à venir dans les cata alors que tu es descendu un nombre incalculable de fois ?

J’aime toujours y descendre car c’est un univers à part, un endroit où l’on peut retrouver un calme inexistant à la surface, s’y ressourcer, seul ou à plusieurs, sans notifications pour nous déconcentrer, sans bruit, sans lumière… Quand je ne descends pas pendant quelques semaines, je ressens un soulagement lorsque j’y retourne. On peut dire que c’est un peu ma happy place.

https://www.freedexplore.com © Tous droits réservés
https://www.freedexplore.com © Tous droits réservés


C’est aussi un lieu pour se perdre et se retrouver soi même. Un lieu d’aventure où notre âme d’aventurier, d’enfant, aime y vagabonder, chercher, « explorer » ce nouveau monde. C’est aussi un lieu festif où on aime se retrouver entre amis et cataphiles pour de petits apéros à la raclette ou la grosse teuf…

  • Tu le vois comment l’avenir des catacombes dans une dizaine d’années ou plus ?

Difficile à dire, il y a beaucoup de changements, avec le Grand Paris Express beaucoup de zones sont injectées, isolées… C’est triste de perdre ce patrimoine. Il y a aussi les fermetures d’accès régulières. Pour la dégradation in situ, les tags toujours plus nombreux, les poubelles et déchets que les gens laissent trainer… Mais je pense que les Catas survivront aux Parisiens encore bien longtemps. Je l’espère.

https://www.freedexplore.com CATACOMBES DE PARIS
https://www.freedexplore.com © Tous droits réservés


Concernant les cataphiles, rien n’est figé, tout ce qui est aux KTA appartient aux KTA. De ce que je sais les moeurs ont pas mal évolué, même si elle se targue d’être une société « underground » je trouve qu’elle suit pas mal les codes de la surface. Elle devrait donc évoluer en parallèle 30m sous terre.

  • Ton meilleur souvenir ?

Mon meilleur souvenir ? Sûrement de découvrir certains secrets par hasard… Et il y a aussi la première fois où je suis sorti en plein jour après une journée passée sous terre :  un retour à la lumière assez perturbant mais tellement jouissif.

  • Ton pire souvenir ?

Mon Pire souvenir : emmener 2 amis après une longue semaine de travail, faire une descente de 9 ou 10h, et trouver ma sortie habituelle fermée… Celle d’après aussi… Devoir passer plusieurs chatières bien longues pour sortir ailleurs et là encore tester 3 ou 4 puits de 20/30m avec le sac rempli, la fatigue, la déception de tomber à chaque fois sur une fermeture… Et enfin une plaque se soulève et sentir cette brise fraîche, cette bouffée d’oxygène : le bonheur.
(Fred – le 20/12/2018  https://www.instagram.com/freed_o_gram/ ) 

Il existe aussi une version officielle des catacombes, beaucoup plus sécurisée et pas moins impressionnante. En tout cas, ta machine à laver te remerciera de visiter celles-ci.
http://www.catacombes.paris.fr
Pensez au coupe-file, parce que les touristes en raffolent et la file d’attente est flippante.

LOL.jpg

Publicités

3 replies to “Catacombes de Paris

  1. Un article qui vous fera aimer cette partie parisienne!
    En lisant l’article, vous comprenez que vous voulez demander une nouvelle aventure. La conclusion est que: «Descendre c’est laisser les problèmes à la surface!! »
    Félicitations pour cette tentative de nous montrer ce monde secret!

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :
close-alt close collapse comment ellipsis expand gallery heart lock menu next pinned previous reply search share star